Le 16 mai 2015

 

Danseuses, Danseurs,

                La danse bretonne ayant obtenu ses lettres de noblesse participe au bon moral des exécutants.

                Remercions Marie-Paule, présidente, Dominqiue, ancienne présidente, les membres du bureau pour les sacrifices consentis, le but étant de faire fructifier ce patrimoine dansant.

                En entrant dans notre salle la douceur des bisous chauds fait grimper la chaleur intérieure. Quand les auriculaires, les mains sont accrochés à l’instar du 3ème siècle,  passe le courant de la détente dans la forme ovoïde. En hiver dans la froidure des jeudis soirs, des hésitations se font jour, relisons le précepte de l’écrivain briochin Louis Guilloux « Evitons les pièges de la facilité ».

                Nos formateurs quoique zélés, chevronnés sont sans défense devant nos confidences joyeuses, parfois bruyantes, souvent répétitives …..  mea culpa. Des explications suivies des CD font dérouler notre C.D cérébral mis à mal en cette heure tardive. Mais « sans divertissement il n’y a point de joie, avec le divertissement il n’y a point de tristesse » « pensées » 1670 du savant et philosophe Blaise Pascal. Mais « Que peut faire le MOT s’il n’a pas la voix pour voyager » dixit le poète breton Yvon Le Men.

                Ne soyons pas avares de compliments : Remercions les danseuses et les couples qui épaulent les formateurs lors des démonstrations.

                Revoilà Jean-Luc. Il nous a fait danser, nous, avec des objectifs différents, nous, faisant abstraction momentanément des vicissitudes, nous, voulant apprendre, nous divertir voire nous épanouir. Jean-Luc – la présence de ce beau monde est signée : Reconnaissance. Ceci dit sans éclipser l’émotion. Pensée forte pour Catherine et les enfants.

« L’amitié double les joies et réduit de moitié les peines » une citation du philosophe anglais Francis Bacon.

                On ne peut parler de toutes les danses apprises, je me souviens de 2 danses où les chaines s’enchainent dans un méli-mélo puis le fou rire qui se déchaine.

                L’apothéose, ce sont les repas de fin d’année et le festin du vingtième (anniversaire) printemps. Dans notre fête, incluons les cercles celtiques d’Irlande, du pays de Galles, d’Ecosse.

Thanks for welfare, joy – past, present, future and forever ---- why not !

                TRUGAR’E

                Merci de votre écoute.                                  Vivien